Ceci est un extrait de l’article consacré à l’enseignement de Deepak Chopra paru dans le numéro 23 du Magazine Enquêtes Spirituelles. Pour lire l’article dans son intégralité, n’hésitez pas à vous rendre sur le site du Magazine Enquêtes Spirituelles (numéro 23 – Octobre-Décembre 2016)! Et pour toutes questions, n’hésitez pas à nous contacter. Nous répondons toujours avec plaisir!

screen-shot-2016-11-09-at-14-28-44

Lumière sur un Guide Spirituel et Penseur d’outre-atlantique

Deepak Chopra, Érudit Éveillé, Scientifique en Terre d’Éveil
Par Murielle Mob.

chakra07

J’ai découvert Deepak Chopra grâce à Wayne W. Dyer, éveilleur cher à mon coeur, auquel j’ai consacré mon tout premier article dans le numéro 20 d’Enquêtes Spirituelles. Ce médecin endocrinologue américain d’origine indienne a immédiatement capté mon attention: j’ai aimé en lui, l’image du scientifique émerveillé par la création (comme Einstein -ou Schrödinger- en son heure) et oeuvrant paisiblement, mais avec conviction, au rapprochement de la Science et de la Spiritualité. J’ai été moi aussi émerveillée par sa connaissance subtile des corps, qu’il s’agisse d’astres, de particules subatomiques ou de nos bonnes vieilles enveloppes corporelles. Ayurveda, physique quantique, rien ne semble avoir de secrets pour Deepak Chopra. Je l’ai vu débattre avec des scientifiques farouchement opposés à l’idée d’un Dieu et je l’ai vu débattre avec des religieux modérés ou fanatiques, obsédés par l’idée d’un grand bonhomme à la barbe blanche. Pertinent et d’une cohérence égale dans ses réponses, Deepak Chopra sait depuis longtemps ce que certains d’entre nous devinent à peine: l’univers suit bien un dessein intelligent parce qu’une conscience supérieure y est à l’oeuvre; cette conscience dont nous faisons tous l’expérience est à la fois matérielle et immatérielle, stable et instable, infiniment grande et infiniment petite…et mystérieusement, Une et in(di)visible. En effet, mon identité singulière et séparée de toutes les autres disparaît à chaque fois qu’un autre, un tiers extérieur à moi-même, utilise la même formule que moi pour se présenter: “je suis”, dis-je, quand l’autre qui n’est pourtant pas moi répond indifféremment “je suis” aussi. Mais quel est donc cet individuel “je suis” qui se prend pour nous tous et dans quelle partie du corps est-il logé? À force d’avoir des corps désolidarisés qui partagent curieusement le même “je suis”, on finit par suspecter quelque chose. Alors on cherche. La conscience, les Dieux divers et variés, la raison, le sens de la vie, le Tao, la science, la philosophie, le Bouddha, le Grand Architecte de l’Univers, le Christ, la magie de l’aléatoire,  le guru qui connait la vérité ultime sur le Grand Tout etc. On parcourt le vaste monde des autres en oubliant que…

Le Monde est en nous.
Dans ce lieu prétendument dépositaire du savoir intégral qu’on appelle l’école, on nous apprend à raisonner par le sacro-saint concept du réel. Est réel, ce qui est hors de nous, ce qui est d’une objectivité à toute épreuve. Or, réplique Deepak Chopra, “N’importe quel neurologue vous assurera que le cerveau ne présente aucune preuve de l’existence du monde extérieur, mais qu’il présente de nombreux indices de son inexistence. Tout ce que fait le cerveau, en fait, c’est recevoir des signaux continuels au sujet de l’état d’équilibre chimique du corps, de sa température et de sa consommation d’oxygène, avec un flux crépitant d’impulsions nerveuses”. Ces impulsions nerveuses sont de simples données brutes qui seront assemblées par le cortex (la matière grise qui se trouve à la périphérie des deux hémisphères de votre cerveau). Et voilà qu’en les assemblant “le cortex nous parle du monde, nous laisse percevoir des visions, des sons, des goûts, des textures – tout l’éventail de la création. Le cerveau nous joue un remarquable tour d’illusions parce qu’il n’y a pas de connexions entre les données brutes du corps et le sentiment subjectif d’un monde extérieur.” Mince alors. On m’a demandé de regarder la réalité en face toute ma vie et 38 ans plus tard, on me dit qu’elle n’existe pas! Et lorsque je dors, je fabrique du rêve, non? Donc l’état de veille, c’est ça le réel, non? Et Deepak de marteler un grand coup: “Non. Du point de vue de la fonction cérébrale, le mécanisme onirique [celui du rêve] ne disparaît pas quand je m’éveille.” Par le même cortex, je vois un objet, un visage, un ciel à l’état réel de veille et par le même cortex, je vois un objet, un visage, un ciel dans le rêve, la rêverie éveillée ou dans mes souvenirs. Oui, le monde, avec ses goûts plein de sel, de sucres et d’épices, ses arc-en-ciels aux couleurs chatoyantes, ce monde-là n’est pas à l’extérieur de nous, mais bien en nous: la science admet enfin ce que les Mystiques ont toujours pressenti. Alors la quête du bonheur hors de soi ne peut être qu’épuisante, épuisante comme une journée de travail qu’on a dans le corps, épuisante comme nos vies amoureuses et sexuelles compulsives, épuisante comme les “si j’avais plus d’argent, mais comme on m’en donne pas, j’peux pas”, épuisante comme un lièvre de Mars qu’on pourchasse. Avez-vous couru après votre bonheur, chers Lecteurs et Enquêteurs de l’Esprit? Et êtes-vous fatigués aujourd’hui? Si c’est le cas, rien de plus normal, c’est folie que de courir après soi-même. Ralentissez, reprenez votre souffle. Si vous êtes découragés, laissez le découragement vous forcer à ralentir encore, profitez de cette halte pour lire Le Livre des Secrets de Deepak Chopra et vous vous souviendrez de ceci: Ce que vous recherchez, vous l’êtes déjà. (…)

(Pour lire la suite de l’article, cliquez ici ou contactez-nous)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s