Ceci est un extrait de l’article consacré à l’enseignement d’Eckhart Tolle paru dans le numéro 21 du Magazine Enquêtes Spirituelles. Pour lire l’article dans son intégralité, n’hésitez pas à vous rendre sur le site du Magazine Enquêtes Spirituelles (numéro 21 – Avril-Juin 2016)! Et pour toutes questions, n’hésitez pas à nous contacter. Nous répondons toujours avec plaisir!

 

screen-shot-2016-11-09-at-14-28-44

Lumière sur un Guide Spirituel et Penseur d’outre-atlantique

Eckhart Tolle, pour une nouvelle conscience planétaire libérée de l’ego
Par Murielle Mob.

chakra07

 

« Alors, au lieu d’accuser l’obscurité, vous faites surgir la lumière », conclut Eckhart Tolle à la fin du chapitre 5 de son puissant ouvrage Nouvelle Terre. Si je fais le choix de commencer par la fin, c’est pour suivre le fil d’Ariane de la pensée de ce maître spirituel veilleur de l’instant présent. C’est aussi pour coller au plus près à la nature de notre être véritable. Qui êtes-vous, chers lecteurs? Qui est ce « vous » lisant un magazine au nom évocateur et révélant par là-même votre doute sur la nature du réel, votre statut d’enquêteurs pistant l’invisible discret dans ce visible concret qui nous entoure? Il fut un temps où, tout comme l’auteur de Nouvelle Terre, j’entendais une voix têtue dans ma tête. Cette voix têtue tempêtait très fort; elle avait un avis sur tout et me le faisait savoir dès le petit matin. Elle avait un avis sur la veille et même l’avant-veille. Elle tenait conseil avec le mercredi quand on était jeudi, elle s’entretenait déjà avec le vendredi et me prédisait la pire semaine de ma vie. Elle était capable de prévoir les engueulades avec ce que les humains nomment si tristement « le supérieur hiérarchique » ou « chef », elle arrivait à me convaincre de ma mauvaise santé avant que mon corps ne manifeste le moindre symptôme, elle me disait aussi que j’étais inférieure aux autres tout en leur étant supérieure avant de revenir indigne d’exister quand même. Elle me rendait folle cette voix et je pleurais de rage, je m’autorisais parfois à crier de tristesse, je gémissais de colère (oui, tout mélangé), je me sentais petite comme la petite voix mais heureusement pour moi, la petite voix était là pour me révéler que tout était normal parce que les voisins, les supérieurs -hiérarchiques ou pas- de moi, les petits copains, la famille étaient tous coupables d’avoir fait de moi une victime. Ce récit effrayant vous est étrangement familier? Avez-vous entendu -entendez-vous encore- cette petite voix qui dévalorise, attaque et juge les autres et vous-mêmes? Cette petite voix prenant la forme de pensées compulsives, Eckhart Tolle l’appelle l’ego. Un dysfonctionnement majeur de la pensée humaine à l’origine d’un moi illusoire.

Bavardage incessant et toujours insensé, discours interne fait de pensées qui partent en roue-libre et qui vous pensent plus que vous ne les pensez: vous avez rencontré l’ego qui fait la pluie et le beau temps dans la vie mentale des humains et leur tient chaud et froid. Si ce mot a le vent en poupe en ce moment, si l’on entend parler à tout va de personnalités aux « egos surdimensionnés », Eckhart Tolle lui, sait décrire ce dysfonctionnement majeur de la pensée humaine comme personne et c’est d’ailleurs ce qui fait la force de son message: « Le plus souvent, quand vous dites « je », c’est l’ego qui parle, pas vous (…). L’ego est fait de pensées et d’émotions, d’un fatras de souvenirs auxquels vous vous identifiez en tant que « moi et mon histoire », de rôles habituels que vous jouez sans le savoir, d’identifications collectives comme la nationalité, la religion, la race, la classe sociale ou l’allégeance politique. On trouve également dans l’ego des identifications personnelles non seulement aux possessions, mais également aux opinions, à l’apparence extérieure, aux vieux ressentiments, aux concepts de vous comme étant mieux ou moins bien que les autres, aux réussites et aux échecs. » Les pensées, les émotions générées par l’ego sont aisément reconnaissables, elles sont le résultat d’un système de croyances erronées bâties selon le schéma PEUR-ATTAQUE. PEUR, parce qu’une part de nous a oublié que le monde des formes dans lequel nous nous sommes incarné, “le monde des dix-mille choses” comme le nomme le Tao Te King est le lieu de l’impermanence. Ainsi, devant cet incapacité manifeste à comprendre que le propre de l’expérience humaine est la non-permanence, le mental résiste, s’attache, s’identifie à des formes diverses: je suis mon compte en banque nous dit-il, je suis mon corps svelte, je suis parent d’un enfant de 16 ou 40 ans comme s’il en avait toujours 3, je suis mon histoire familiale et conjugale, je suis ma couleur de peau, mon travail, mon quartier, ma maladie, je suis même toutes les pensées qui me traversent. Et c’est cette identification constante aux choses extérieures qui crée le moi, le sens même que j’ai de mon identité et me contraint à jouer des rôles dans les moindres sphères de ma vie et « en général, les gens sont totalement inconscients des rôles qu’ils adoptent: ils sont ces rôles. » « Et il n’y a rien de mal à l’ego, il est juste inconscient« , nous dit Eckhart Tolle avec une bienveillance ne pouvant provenir que d’un homme qui a connu l’ego aussi bien qu’il l’a transcendé (…)

(Pour lire la suite de l’article, cliquez ici ou contactez-nous)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s